mercredi 8 août 2007

US delivers 80 new humvees to armed forces

The United States delivered the Lebanese armed forces 80 new High Mobility Multipurpose Wheeled Vehicles (HMMWV) - more commonly known as humvees - as part of the US military assistance to Lebanon. This shipment increases the number of such vehicles to 100 that the Lebanese armed forces have received during this year. Lebanon is receiving $255 million in military equipment and training from the United States in 2007, a 550 percent increase compared with 2006. The overall 2007 US military assistance package for Lebanon is valued at $270 million, which includes emergency ammunition.

Source : The Daily Star

vendredi 3 août 2007

Israel delays release of report on cluster bombs

The Israeli Army said on Thursday it was delaying the release of an internal report on its use of cluster bombs during last year's summer war in Lebanon. "The investigation of cluster bomb usage was thorough and involved many different sections ... Due to the sensitivity of the matter, the process of submission was prolonged," a statement said.

"Furthermore, the investigating officer was asked to add several elements to the investigation, which further delayed the submission of the final conclusions," it added. An army spokeswoman said, nevertheless, that the probe "was in its final stages."

UN officials have said that as many as 4 million cluster bomblets were dropped by Israel during its devastating air war against Lebanon in the summer 2006 war, and many of the munitions failed to detonate on impact. The United Nations' humanitarian chief denounced the use of the weapons in civilian areas across South Lebanon as "completely immoral."

More than 30 people have been killed and hundreds more wounded by Israeli cluster bombs since the August 14, 2006, cease-fire.

Cluster munitions spread bomblets over a wide area from a single container. The bomblets often do not explode on impact, but can do so later at the slightest touch, making them as deadly as anti-personnel landmines.

Source : The Daily Star

lundi 30 juillet 2007

US boosts Israel's annual defense aid to $3 billion

Prime Minister Ehud Olmert announced a new $30 billion US defense package to Israel Sunday and voiced satisfaction over Washington's plan to supply state-of-the-art weapons to Saudi Arabia and other Gulf states as a counterweight to Iranian influence. The aid boost to Israel has been widely seen as a US bid to help allay Israeli concerns over a package of arms sales, that could be worth some $20 billion over the next decade, which Washington is preparing for Saudi Arabia and other Gulf states.

"We understand the need of the United States to support the Arab moderate states and there is a need for a united front between the US and us regarding Iran," Olmert told a weekly Cabinet meeting. The rare agreement reflects shared US and Israeli concern with the potential threat of an Iran with nuclear weapons.

He said he and US President George W. Bush, in talks at the White House last month, agreed Israel would receive $30 billion in military aid over the next decade, averaging $3 billion a year. Current US defense aid to Israel stands at $2.4 billion a year.

"This is an increase of 25 percent for the military aid to Israel from the United States. I think this is a significant and important improvement of the defense aid to Israel," Olmert later told reporters. "Other than the increase in aid, we received an explicit and detailed commitment to guarantee Israel's qualitative advantage over other Arab states," said Olmert.

A senior Israeli government source said that under the defense package, the United States agreed to sell the Jewish state the new generation F-35 fighter jet, advanced bombs and laser-guided missiles. A senior US defense official has said Washington is readying a major arms package for Saudi Arabia and the five other Gulf state with an eye to countering the changing threat from Tehran.

The proposed arms deal to Saudi Arabia would include advanced weaponry and air systems that would greatly enhance the striking ability of Saudi warplanes. It will also include new weapons for the United Arab Emirates.

One leading Israeli hard-liner warned that Saudi Arabia, although not belligerent at present, could be taken over by extremists. The western Saudi border is just a few kilometers from southern Israel. The Haaretz daily on Sunday cited US officials saying Saudi Arabia has asked that Congress be notified in advance of the planned sale, to avoid another showdown with Israel, while the Pentagon is asking the Saudis to accept restrictions on the range, size and location of the satellite-guided bombs, including a commitment not to store the weapons at air bases located nearby Israeli territory. Israel's southern tip is about 15 kilometers from Saudi Arabia across the Gulf of Aqaba.

Meanwhile, Oman said on Sunday that Iran did not pose a threat to the Gulf region.
"We do not see that Iran poses a threat to the Gulf region," Youssef bin Alawi bin Abdullah, the Omani Foreign Minister, told reporters after meeting Egyptian Foreign Minister Ahmad Abu al-Gheit. "Iran is a neighboring state and we have a common interest which is to maintain stability and security in the region," he said. Oman and Iran are co-guardians of the strategic Strait of Hormuz entrance to the Gulf, and the two have consistently maintained good relations.
Although the Israeli right voiced worries about the latest plan, it stopped short of outright calls to block it.

"I am very concerned." Yuval Steinitz, a key hawk on Parliament's Foreign Affairs and Defense Committee, told The Associated Press. "I can understand the need to support moderate states like Egypt and Saudi Arabia, but on the other hand we have to remember that governments can be toppled, as in Iran."

Senior administration officials said Friday that Bush would seek congressional approval for additional military aid to Israel and also to Egypt, which currently gets $1.3 billion a year.

Source : The Daily Star

jeudi 26 juillet 2007

UN draft expresses concern over arms flow to Hizbullah

A French-US draft presidential statement presented to the UN Security Council on Wednesday afternoon expressed grave concern over "persistent reports" of breaches of the arms embargo along the Lebanese-Syrian border in violation of UN Security Council Resolution 1701.

The draft statement, obtained by The Daily Star from the US and French missions in New York, follows UN Secretary General Ban Ki-moon's June 28 report on the implementation of Resolution 1701, which made detailed reference to violations of the arms embargo.

The draft statement expressed "deep concern about reports, which have not been refuted, that suspected armed Hizbullah elements are alleged to be constructing new facilities in the Bekaa Valley." The statement is dated July 23, the day Al-Jazeera aired the first part of Hizbullah leader Sayyed Hassan Nasrallah's interview, in which he declared his group possessed an arsenal of rockets that could reach any corner of Israel, including Tel Aviv.

The draft statement took note of "detailed informations" received from the Lebanese government concerning "dangerous activities of armed elements and groups, in particular the Popular Front for the Liberation of Palestine-General Command and Fatah Intifada." It reiterated the council's call for the disbanding and disarmament of all militias and armed groups in Lebanon. (...)

The draft also underscored the obligation of all member states, mentioning Syria and Iran by name, to "take all necessary measures to implement paragraph 15 of Resolution 1701 to enforce the arms embargo."

Source : The Daily Star

mardi 24 juillet 2007

Nasrallah says Hizbullah's arsenal of rockets can hit 'any corner' in Israel

Hizbullah leader Sayyed Hassan Nasrallah said Monday the summer 2006 war with Israel did not succeed in diminishing Hizbullah's military potential, adding that his group possesses an arsenal of rockets that can reach "any corner" of Israel, including Tel Aviv.

"Every corner and any point in occupied Palestine are within our reach," Nasrallah said during the first part of an interview with the Qatar-based al-Jazeera satellite TV station. "Tel Aviv and other than cities were certainly within the reach of Hizbullah rockets during last summer's war with Israel," he added.

Hizbullah fired around 4,000 rockets into the Jewish state during the war with Israel last summer. Hizbullah's missiles reached Israel's third-largest city of Haifa.

Source : The Daily Star

lundi 23 juillet 2007

Commercials to warn children of danger of unexploded ordnance

Two animation television spots, produced by Save the Children, Sweden, and which will soon hit local television channels, will help South Lebanon's children stay away of millions of unexploded ordnances dropped by Israel. Children between the ages of 13 and 18 constitute the majority of dead and wounded. Six children have been killed and 68 injured since the end of last summer's war, according to the national demining office.

"Children are the most at risk of death or injury from unexploded cluster bombs because they are more curious and less caution than adults, that is why it is important for us to constantly remind children and their parents of this danger," said Mazen Haber, who is managing the Early Recovery Program at Save the Children Sweden, in a press release.

The two 40-second cartoon spots will be broadcast 100 times for weeks beginning on the 22nd of July on Spacetoon Kids and Lebanese channels. The campaign against explosive remnants of the war will also include 100 billboards to be posted around Lebanon.

The campaign was funded by the Canadian International Development Agency through Save the Children Canada in collaboration with the Lebanese demining office, the Landmine Resource Center at Balamand University and Spacetoon channel.

Israel dropped more than a million cluster bomb over Lebanon during the last 72 hours of the war, according to the UN and Lebanese officials. Most of these bombs are attractively shaped and brightly colored like toys, Save the Children Sweden said.

Source : The Daily Star

vendredi 20 juillet 2007

UN official warns that arms smuggling from Syria threatens Resolution 1701

Williams says lebanese security provided evidence of weapons flow

Syrian arms smuggling to militant groups in Lebanon threatens implementation of a peace deal that ended last year's war with Israel, a UN special envoy said late Wednesday.

Michael Williams, UN coordinator for the mIddle East peace process, talked to reporters after briefing the UN Security Council on progress implementing Resolution 1701, which halted the war with Israel in the summer of 2006. "A great deal has been achieved but I think we're entering a more difficult period," Williams said.

"The continuation of that arms smuggling is a serious challenge to 1701 implementation." After the Security Council's meeting, the United States accused Syrie and Iran of playing a negative role in Lebanon and said there is clear evidence of arms smuggling across the Syrian border to terrorist groups.

US Ambassador Zalmay Khalilzad said the United States had sent a clear message in the meeting on "the negative role that Syria and Iran are playing and called on them to cease and desist from their negative activities" in Lebanon. "We also made it clear that we condemn all efforts to destabilize Lebanon and expressed particular concern with regard to the arms transfers that are taking place particularly across the Syrian border," Khalilzad told reporters after the session.

Syria's UN Ambassador Bashar Jaafari dismissed allegations that arms were being smuggled across his country's border with neighboring Lebanon. "We denied it many times and we are still denying it," he told reporters after the meeting.

A UN-appointed team that assessed the border reported late last month that security was too lax to prevent arms smuggling. UN Secretary General Ban Ki-moon urged Syria and Iran to do more to prevent arms smuggling into Lebanon, citing Lebanese and Israeli government allegations of violations of the UN arms embargo.

Khalilzad said there was clear evidence of "arms transfers to terrorist groups" inside Lebanon's borders. "There is evidence of preparations by groups such as Fatah al-Islam, preparations by groups such as PFLP-General Command that is also carrying out some preparations for attacks. There are arms that are coming in for Hizbullah," he said. Weapons transfers to Hizbullah are banned under the UN resolution that ended the 34-day war.

Jaafari claimed the information about arms smuggling provided to the Security Council came only from Israeli intelligence and none of it was from Lebanese authorities. However, Williams said "virtually all" of the arms smuggling documented in the secretary general's report to the Security Council last month came from the Lebanese government or Lebanese security agencies. "I think the situation is very serious," he told reporters.

Source : The Daily Star

samedi 14 juillet 2007

Rate of cluster-bomb fatalities declines amid demining

Injuries and deaths caused by cluster bombs remaining from last summer's war with Israel have decreased from six incidents a month to only two or three, said Dahlia Farran, a media officer for the Center for the Coordination of De-mining Works in Southern Lebanon.

"We hope that there will come a time when no incidents due to cluster bombs will be recorded," Farran said Friday. "This is due to the efforts and the round the clock work of the Lebanese Army and all other de-mining organizations and teams operating in the South."

The 2007 demining projects focused on clearing all areas identified as being infested with cluster bombs and other unexploded ordinance, explained Farran, "especially those areas near homes or cultivated stretches of land, so as to have Southerners get back to their normal life."

Around 20 percent of infested land (37 million square meters) has been cleared. Israel dropped around 1 million cluster bomblets in the South three days before the end of hostilities.

"In 2008, our main focus will be the demining of heavily infested valleys, and locating infested spots," said Farran.

"However," she added, "we still face numerous difficulties because Israel still refuses to provide the United Nations with maps [of the] cluster bomb [sites]."

Source : The Daily Star

samedi 7 juillet 2007

Israeli cluster bombs and mines have killed 30, maimed 205

The number of people harmed while defusing bombs and extracting mines left by the Israelis following last summer's war has reached 205, including a reported 30 deaths.

The large number of casualties comes as a result of the massive volumes of unexploded ordinance and cluster bombs left behind by Israel across Southern Lebanon in the days immediately preceding a UN-sponsored cease-fire which brought hostilities to a halt.

Dalya Farran, the spokeswoman for the UN Mine Action Coordination Center, said that technicians continue to work in various sites.

"There are about 922 sites being currently worked on in various Southern areas," Farran said. "Some parts have already been covered. The 96 teams, which include about 1,300 experts and trainees, are doing all they can to finish up the mission as soon as possible," she added.


She also noted that 122,500 mines and unexploded cluster bombs have been defused and extracted due to the collaboration of the organizations, but also described various problems faced by technicians, including the refusal of Israel to identify locations of the remnants of an estimated 1 million cluster bomblets dropped during the war.

The technicians will be done with their mission by the end of this year and will have removed any direct danger, said Farran, adding that "all residential and agricultural areas will soon be ready for free use."

"Our priority lies in annihilating all possible dangers on the residents," said Farran. "All other areas not frequently used will be handled in a secondary stage. Residential and agricultural areas will be the focus of the year 2008."

Source : The Daily Star

jeudi 5 juillet 2007

Le nettoyage des engins non explosés à Nahr al-Bared prendra au moins un mois

L’agence de déminage chargée du désamorçage des engins non explosés (UXO) suite au conflit de six semaines entre les militants extrémistes du Fatah al-Islam et l’armée libanaise dans le camp palestinien de réfugiés de Nahr al-Bared, a affirmé que le nettoyage des UXO présentant une menace immédiate prendrait au moins un mois. Ceci n’a fait que raviver le spectre de futurs troubles parmi les réfugiés du camp déplacés par les combats, qui désespèrent de plus en plus de pouvoir rentrer chez eux. « L’opération d’élimination des menaces immédiates devrait durer environ quatre semaines, mais il y a une forte probabilité pour qu’il reste encore des UXO », a affirmé à IRIN David Horrocks, responsable des programmes du Liban pour le Groupe de renseignements sur les mines (MAG).

Source : IRIN News

lundi 2 juillet 2007

Israel keeps pressure on Syria over alleged arms smuggling to Hizbullah

Israel has accused Syria of continuing to help re-arm Hizbullah in spite of the United Nations arms embargo imposed in Security Council Resolution 1701, which ended last summer's war - even as preparations to commemorate the first anniversary of the conflict take place on both sides of the border.

Isreli Defense Ministry adviser Amos Gilad told Israel Radio that Syria continues be a transit point for Iranian weapons and money to Hizbullah.

"Syria ... is allowing the Iranians, and is itself arming Hizbullah in a massive fashion, and is putting it [back] on its feet," said Gilad.

Gilad made the comments one day after UN Secretary General Ban Ki-moon released his fourth report on 1701, urging both Syria and Iran to do more to prevent arms smuggling to Lebanon, and citing "disturbing reports" from the Lebanese and Israeli governments of alleged violations of the UN arms embargo.

Source : The Daily Star

jeudi 28 juin 2007

UN team finds border security lacking

Security along the Lebanese-Syrian border is "insufficient" to prevent arms smuggling from Syria, a team of experts said in a report issued Wednesday and presented to the Security Council a day earlier. The team, led by Lasse Christensen of Denmark, recommended a radical overhaul of security measures along what the 46-page report called the "Green" border separating the countries.

"The present state of border security is insufficient to prevent smuggling, in particular of arms, to any significant extent," the report said.

Five international security experts known as the UN Lebanon Independent Border Assessment Team (LIBAT) spent three weeks in Lebanon probing allegations of arms smuggling across the border with Syria.

"Not a single on-border or near-border seizure of smuggled arms has been documented to the team," the team reported.

Neither the government nor the opposition issued an immediate reaction to the report.

The Security Council reiterated last month its "deep concern" at mounting reports of "illegal movements of arms" across the Lebanese Syrian-border, amid fears of escalating strife.

The concern was raised after the council was briefed by UN Middle East envoy Terje Roed Larsen, who drew an "alarming and deeply disturbing picture" of the border situation, citing Lebanese Army reports of "a steady flow of weapons and armed elements across the border from Syria."

The team's mandate was to probe Lebanon's monitoring system along its 320-kilometer border with Syria.

The team did not visit Syria, which has repeatedly denied the allegations.

Syria closed three of its northern border posts following the outbreak of clashes at Nahr al-Bared refugee camp near Tripoli, preventing the team from witnessing operations at the crossings in questions.

The experts, who visited all four official land border points - Arida and Al-Aboudieh in the North and Qaa and Masnaa in the east - as well as Beirut's airport and seaport, acknowledged the difficulty of monitoring numerous unchecked cross-border trails and pathways that made large-scale smuggling easy.

"On the eastern border, inhabitants rely heavily on cross-border commerce, technically illegal but neither controlled nor prevented by the Lebanese or Syrian border authorities," said the report.

One of the major concerns expressed by the team was the presence of "heavily armed Palestinian military strongholds" on both sides of the border.

The report also said "political sympathies, family/clan connections or traditional corruption" were to blame for what it called a "worrying lack of performance" by border authorities.

In response, the team called for the deployment "of international border-security experts" to back up a new Lebanese "multi-agency mobile force" that would be tasked with doing a better job of stemming the arms smuggling.

The report said that current management of the border by four different Lebanese security agencies "was rather low," and recommended that the agencies get training to gain better skills at coordinating operations and sharing intelligence.

The report also said most of Lebanon's border posts are far from the border, are not fenced or secured by gates, and operate with no clear procedures to determine which goods to inspect - and which people to question.

"Therefore, the ingenious smuggler may find it quite easy to conceal not only explosives, light weapons and ammunition, but also assembled and unassembled heavy weaponry such as missiles and rockets into the country concealed in compartments and panels of cargo trucks and passenger vehicles," the team said.

The report by experts from Denmark, Algeria, Germany, Jamaica and Switzerland largely avoided comment on the touchy issue of Lebanese-Syrian ties, but suggested that Lebanese border officials set up currently lacking cooperation with Syrian counterparts.

Source : The Daily Star

Siniora accuses Syria of sending arms to camps

Prime Minister Fouad Siniora accused Syria on Wednesday of sending arms to Palestinian camps in Lebanon and threatened to raise the issue with the Arab League. Siniora was speaking from Paris the day after independent experts handed the UN Security Council a report saying that Lebanon was largely incapable of preventing arms smuggling from Syria.

The Lebanese premier, who met with French Foreign Minister Bernard Kouchner on Wednesday, told reporters in France that he had not seen the report to the UN but that it was clear that Syria was sending weapons to two camps.

"In recent weeks these camps have been reinforced with munitions, arms and fighters," he said, adding that one of the outposts was controlled by the Fatah al-Intifada group and another by the Popular Front for the Liberation of Palestine-General Command. He did not identify the camps.

"Everyone knows that these groups are supported and armed by Syria," Siniora said, echoing allegations leveled earlier this month by UN Middle East envoy Terje Roed-Larsen.

"This is something I will talk to the Arab League about," Siniora added.

The report's authors said that during a three-week stay in Lebanon they had not heard of any weapons being seized along the border, despite widespread talk of illegal shipments.

Asked whether the Lebanese government was planning to have borders with Syria monitored by Arab or international forces to put an end to the arms smuggling, Siniora said the issue was the responsibility of "both Syria and Lebanon."

"I haven't had a chance to read this report, but we will look at it today and we will certainly take a position that is in the interests of Lebanon," he said.

Source : The Daily Star

mercredi 27 juin 2007

Safety message spreads slowly among refugees

Displaced Nahr al-bared residents call for details

While local and international groups have launched awareness campaigns on the dangers of munitions in the Northern refugee camp of Nahr al-Bared, refugees temporarily based in the Beddawi camp voiced concern Monday that the campaigns were failing to reach some residents.

"We definitely need more awareness on the issue," said Walid Awat, a philosophy teacher from Nahr al-Bared and one of many residents who chose to work with the United Nations Relief and Works Agency and the United Nations Children's Fund to spread mine awareness.

"At the moment we are working inside schools and the Beddawi camp, but those not living in schools are not getting the information," he said.

The UN, alongside the International Committee for the Red Cross and other local non-governmental organizations, has begun training sessions inside Beddawi for residents of Nahr al-Bared to educate the refugees on the issue of mines and unexploded ordnance (UXO) left behind by Fatah al-Islam and the Lebanese Army.

Awat, having attended two sessions already, described what had been covered so far.

The first session, titled "Don't Get Near, Don't Touch, Tell Someone," explained what people should look out for and what to do [and not do] if they stumble across suspicious or strange-looking objects. The second session was more specific, dividing the camp into small sections and assigning certain individuals to be in charge of each area.

"I would say about 50 to 60 percent of the population is now aware of the situation and its seriousness, but there is always the concern that people will not take it seriously enough," Awat said. "We are telling people to stay away from the camp until it gets the 'all-clear' from the army once the fighting stops, so they have time to clear away the mines, but if it is not organized properly then there is the risk that there may be big problems with the residents who are determined to go back immediately."

In one school housing a number of Nahr al-Bared refugees, Mahmoud Khodor, 12, recited the instructions he had been given if he came across a mine.

"If I see one, I shouldn't go near it, and I should go and tell someone in authority," he said, proudly. "They are different from ordinary bombs and they are extremely dangerous."

But he says more should be done to teach the young about UXOs. "I've only heard about these things from my father, and from the posters I've noticed around," he said. "No one has sat us down and talked to us properly, which is what we need."

This sentiment was reiterated by his cousin, 21-year-old Mohammad Khodor. "We need so many more details about the mines and what is going on," said Mohammad. "We are the new generation, and we haven't really experienced any of this before, like our parents have."

The organizations dedicated to spreading awareness are attempting to do so through a variety of means - leaflets, posters, training sessions and television broadcasts. Yet even this dissemination of information reaches only a limited audience.

"The idea of doing broadcasts on television is a great one," said Awat. "But then again, schools and many homes don't have televisions ... And what about those refugees who are not even in the North anymore? Will they have access to all the necessary information?"

Coupled with the de-mining issue is that of the return to the camp once fighting is over. An army source confirmed that de-mining would take a certain period of time due to the excess of mines and booby-traps being discovered every day.

Awat added that while the camp remains under military control, no one will be allowed to return. Yet even the children were worried about a backlash within Beddawi if residents, many of whom already have been displaced for a month, were forced to remain for an extended period of time.

"We all understand how serious the issue of de-mining is, but at the same time we just want to go home," said Mohammad. "There is a concern of problems and confrontations erupting if people start to get more frustrated at the idea of having to wait."

Source : The Daily Star

mercredi 20 juin 2007

Sept roquettes B7 trouvées à Rachaya (Békaa)

Sept roquettes B7 antichars, prêtes à l’utilisation, ont été découvertes hier près du commissariat d’al-Rafid, caza de Rachaya (Békaa), par les forces de l’ordre. Les services de sécurité, les renseignements de l’armée et des experts en explosifs ont été dépêchés sur les lieux pour neutraliser les roquettes et ouvrir une enquête. De tels incidents se sont multipliés au cours des derniers mois dans différentes régions libanaises.

Source : L'Orient Le Jour

mardi 19 juin 2007

Moscou reprend les livraisons d'armes au Proche-Orient

D'après les données de plusieurs sources proches du complexe militaro-industriel, la Russie a abordé la mise en oeuvre d'un contrat de livraison de cinq chasseurs intercepteurs MiG-31E à la Syrie conclu cette année par Rosoboronexport (agence russe d'exportation d'armes). Cela atteste du fait que Moscou reprend les livraisons d'armes au Proche-Orient, après une certaine pause provoquée par la guerre de l'année dernière au Liban. Cette transaction peut s'avérer avantageuse également pour l'Iran qui finance l'acquisition d'armes par Damas conformément au traité irano-syrien sur la défense commune.

Boris Aliochine, directeur de l'Agence fédérale pour l'industrie, a confirmé au quotidien Kommersant l'existence d'un contrat pour des MiG-31E, mais a refusé de citer l'acheteur. Selon les données dont dispose le quotidien, un lot de chasseurs Mig-29M/M2 a également été vendu à la Syrie. Exportés pour la première fois, ces avions ont des caractéristiques techniques semblables à celles du MiG-35 que la Russie propose à l'Inde. Le montant du contrat pour les MiG-31 et un lot de Mig-29M/M2 conclu avec la Syrie est estimé à un milliard de dollars.

La vente d'un lot de chasseurs russes à la Syrie peut évidemment susciter une immense résonance en Occident. D'ailleurs, en ce moment, une éventuelle critique américaine à ce sujet n'inquiétera probablement pas Moscou, car, dans le dialogue Russie-Etats-Unis, le système de défense antimissile reste le problème clé : à présent, tous ces problèmes seront probablement examinés ensemble.

La position occupée par Téhéran sur la défense antimissile confirme indirectement que l'Iran peut tirer un certain avantage de la transaction conclue. Ainsi, après que Vladimir Poutine a proposé à George W. Bush de lutter contre la menace iranienne en utilisant conjointement la station radar de Gabala en Azerbaïdjan, les autorités de Téhéran ont déclaré soudain qu'elles ne considéraient pas l'initiative de la Russie comme hostile et que la proposition de Vladimir Poutine ne se répercuterait nullement sur les rapports russo-iraniens.

La coopération militaire entre la Russie et la Syrie a été gelée au début des années 90 à cause de problèmes survenus dans le remboursement des dettes pour les livraisons soviétiques. Après le rétablissement des contacts en 1996, l'armée syrienne a reçu de la Russie des systèmes de missiles antichars Kornet-E et Metis-M, des lance-grenades RPG-29, des missiles antichars téléguidés Bastion, Cheksna et Reflex, ainsi que des armes d'infanterie. Les contrats signés en 2004 et 2005 portaient sur la fourniture de systèmes de DCA Strelets équipés de missiles Igla-S et d'une cinquantaine de systèmes antiaériens missiles-canons Pantsir-S1 pour 730 millions de dollars. Un contrat sur la modernisation par la Russie de 1.000 chars T-72 a été conclu en 2006. En outre, la Russie prévoit de perfectionner le système de DCA syrien.

Source : Libnanews

mercredi 6 juin 2007

Deux syriens et un irakiens arrêtés en possession d'explosifs

Les forces de sécurité ont arrêté mercredi deux Syriens et un Irakien pour possession d’armes et d’explosifs au Liban, un pays secoué par les violences, selon une source policière.

Les trois hommes ont été arrêtés dans le village de Bar Elias, dans la vallée orientale de la Békaa, à quelque 10 km du point de passage libano-syrien de Masnaa, a-t-on ajouté.

Des armes, des explosifs, des cartes détaillées de villages et de villes libanaises, ainsi que des lunettes de vision nocturnes ont été saisies dans la maison où ont été arrêtées les trois personnes.

Les mesures de sécurité ont été considérablement renforcées au Liban depuis le début le 20 mai des affrontements entre l’armée et les islamistes du Fatah al-Islam, dans le nord du Liban.

Quatre attentats à l’explosif ont parallèlement secoué la capitale et ses environs depuis cette date.

Mercredi matin, des artificiers libanais ont désamorcé une bombe munie d’un système de minuterie dans la ville de Tyr, au Liban sud.

Source : iLoubnan

Découvertes d’armement et arrestations en série au Liban

Alors que les combats se poursuivent dans le camp de Nahr el-Bared où sont retranchés les militants du groupe terroriste du Fatah al-Islam, les forces de l’ordre et l’armée libanaise ont découvert un dépôt d’armement, bloqué une contrebande d’armes, désamorcé une charge explosive, et procédé à l’arrestation des auteurs de ces délits ainsi qu’un journaliste d’al-Arabiya.

Une bombe désamorcée à Tyr

Vers les 8 heures du matin, des experts de l’armée libanaise ont réussi à désamorcer une bombe dans la localité portuaire de Tyr au sud Liban, qui était programmée pour exploser à 11h15 de l’avant-midi. Cette charge était placée dans une boîte de lait en poudre près d'une plage à Tyr, habituellement fréquentée par les casques bleus de la FINUL au sud du pays.

Interception d’une contrebande d’armes

Les troupes de l’armée libanaise ont intercepté durant la nuit un camion chargé d’armes en provenance de la Syrie au niveau d’un check-point militaire dans la localité de Doris dans la vallée de la Beqaa. Le chauffeur du camion qui a essayé de fuir a été arrêté par l’armée libanaise. Selon certaines sources, ces armes étaient destinées au ravitaillement des combattants à Nahr el-Bared.

Selon des sources sécuritaires, ce camion contenant des roquettes, des munitions d’armes à répétitions et des mitrailleuses, appartient aux guérilleros du Hezbollah dans la Beqaa. Six membres du Hezbollah se trouvaient à l’intérieur du camion. L’armée a confisqué les armes, mais a autorisé les hommes du Hezbollah à partir.

Découvertes d’un dépôt d’armes à Akkar

Un dépôt contenant 200 kg d’explosifs a été découvert par les forces de l’ordre dans le domicile d’un homme suspecté d’appartenir à l’organisation terroriste du Fatah al-Islam dans la province d’Akkar au nord du Liban.

Source : Libnanews

vendredi 1 juin 2007

Moscow warns sharp increase in military aid may 'destabilize' Lebanon

BERLIN: Russian Foreign Minister Sergei Lavrov warned Wednesday that the sharp increase in US military aid to Lebanon could "destabilize" the country. "We have always assumed that it is necessary for international agreements to be adhered to. We also know it is necessary to prevent the shipment of arms which might serve to destabilize the situation," he said after a meeting in Berlin of the international "Quartet" for Middle East peace. "Those who send arms know very well which actions could be destabilizing or not."

The United States sent several plane loads of military aid to Lebanon last week, including ammunition and other equipment, to help the Lebanese Army fight Fatah al-Islam militants in the Nahr al-Bared Palestinian refugee camp.

Lavrov's comments came after an earlier confrontation with US Secretary of State Condoleezza Rice, who was representing Washington at the Quartet meeting. At a gathering of foreign ministers of the Group of Eight (G8) club of nations in nearby Potsdam, Moscow and Washington had been at odds over Kosovo and US plans to deploy a missile shield in Europe.
Rice told reporters the US was complying with Resolution 1701, which calls for reinforcing the Lebanese Army.

"This is not a matter of interfering in Lebanese affairs," Rice emphasized. "It is to help Lebanon be able to defend its own sovereignty.

"The United States is not the only country that is helping equip the Lebanese Army, which needs to have the modern capability to defend its sovereignty and defend its state. That is the only purpose of this [military aid]."

The US Congress approved a 2007 budget which includes $280 million in military aid to Lebanon, seven times more than the $40 million unblocked in 2006.

Initially, the administration of US President George W. Bush had asked for $5 million in aid, but the sum was dramatically increased after the 2006 summer war with Israel, with Rice requesting a total of $769.5 million for Lebanon.

Source : The Daily Star

mardi 29 mai 2007

UN team set to assess security on Syrian border

The UN's Lebanon Independent Border Assessment Team arrived on Monday to evaluate reports of arms smuggling across the Syrian border in violation of UN Security Council resolutions. The team was dispatched following the council's presidential statement of April 17, in which the council asked UN Secretary General Ban Ki-moon to send an independent group to assess border-security arrangements along the Lebanese-Syrian border.

The team is led by Lasse Christensen of Denmark and is composed of experts from Algeria, Germany, Jamaica and Switzerland. The team will work closely with the local authorities and will recommend measures and strategies to improve the situation. During its two-week mission, the team will meet army and security officials responsible for the border, and submit a report of its findings to the secretary general, said a UN source.

Ban said last week the team "will review the roles of relevant agencies, with particular attention to customs and border-monitoring capacities, as well as progress made by security and customs agencies in strengthening their control of the border.”Earlier this month, Ban warned in a report that the alleged arms smuggling and the possible arming of various groups in Lebanon might deepen the country's political crisis. Syria has repeatedly denied that weapons are making their way over the border into Lebanon.

Source : The Daily Star

lundi 28 mai 2007

La mission de surveillance de la frontière avec la Syrie est arrivée au Liban

Une mission des Nations unies est arrivée aujourd’hui 28 mai au Liban pour s’informer sur des allégations d’infiltrations d’armes à travers la frontière syrienne, en violation des résolutions du Conseil de sécurité. Cette équipe onusienne, dirigée par le Danois Lasse Rosenkrands et composée d’experts algérien, allemand, jamaïcain et suisse, doit passer deux semaines au Liban et établira des contacts « avec l’armée libanaise et tous les services de sécurité concernés par la surveillance des frontières », selon une source diplomatique bien informée.

Source : L'Orient Le Jour

dimanche 27 mai 2007

Les Etats-Unis envoient des armes à l'armée libanaise

Samedi 26 mai, trois avions cargo de l’US Air Force ont atterri à Beyrouth avec à leur bord des munitions et du matériel destiné à l’armée libanaise. Six avions transportant également de l’aide militaire, provenant des États-Unis et de pays arabes alliés, étaient arrivés au Liban la veille. Ces cargaisons avaient été promises il y a plusieurs mois. Leur acheminement aurait été précipité par les combats qui opposent depuis une semaine l’armée libanaise au groupe Fatah al Islam, retranché dans le camp de réfugié palestinien de Nahr al Bared. Les militants de ce groupuscule ont déclaré qu’ils se battraient « jusqu’à la mort » et ont affirmé que le matériel militaire fourni par les États-Unis comportait des bombes à fragmentation et du gaz neurotoxique. Le porte-parole du Fatah Al Islam Abou Salim Taha a déclaré que « si les militaires utilisent des armes non conventionnelles contre nous, nous répondrons par des attaques non conventionnelles partout ». Un porte-parole de l’armée libanaise a pour sa part répondu que « de telles déclarations ne méritaient même pas de commentaires ».

Source : iLoubnan

jeudi 24 mai 2007

Bouclier antimissile : Poutine craint une nouvelle course aux armements

La Russie craint que le projet américain de bouclier antimissile en Europe ne relance la « course aux armements », a affirmé hier à Vienne le président russe Vladimir Poutine, estimant que l’Europe n’était pas menacée par d’éventuels missiles en provenance d’Iran. « Que se passe-t-il de si négatif en Europe pour qu’on doive remplir l’Europe centrale d’armements ? » s’est interrogé M. Poutine devant la presse. Et le président russe d’ajouter que ce développement de la situation est « absolument contre-productif et nuisible ». M. Poutine a une nouvelle fois réfuté l’argument de Washington selon lequel le nouveau bouclier antimissile en Europe devait permettre de se protéger contre d’éventuelles attaques de la part de l’Iran notamment. « Mais le rayon d’action des missiles (iraniens) est de 1 700 km », a-t-il noté en soulignant que pour atteindre l’Europe il faut que l’Iran ait des missiles d’un rayon d’action de 5 000 à 8 000 km. « L’Iran ne l’envisage même pas et ici, on déploie déjà les missiles (antimissiles) », a affirmé M. Poutine.De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a demandé hier la convocation d’une conférence extraordinaire pour réviser le traité sur les Forces conventionnelles en Europe (FCE), dans un discours devant l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Vienne. Estimant que l’Otan ne respecte pas ce traité signé en 1990 et entré en vigueur deux ans plus tard, la Russie réclame une « conférence extraordinaire d’examen » pour juger de la viabilité du texte. Ce traité avait marqué au début des années 1990 la fin de la guerre froide car il encadre la réduction des forces armées et des équipements classiques des deux blocs.

Source : L'Orient Le Jour

La Russie dément que des armes vendues à la Syrie seront réexportées en Iran

Le premier vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov a opposé hier un démenti aux affirmations d’un article de presse selon lesquelles un système de défense antiaérien qui a été vendu par la Russie à la Syrie sera réexporté vers l’Iran. « Nous n’avons reçu ni requête ni question de qui que ce soit s’exprimant au nom de la Syrie, non seulement pour le (système de défense antiaérien) Pantsyr, mais également pour la moindre munition », a indiqué M. Ivanov lors d’une conférence de presse télévisée. « Les armes ne peuvent être réexportés et fournies à un pays tiers sans l’accord du vendeur, en l’occurrence la Fédération russe », a ajouté M. Ivanov, précisant qu’un tel accord n’avait pas été donné.

Dans sa dernière édition, le magazine Jane’s Defence Weekly indique que la Syrie a accepté d’exporter vers l’Iran dix systèmes de défense antiaériens que la Russie lui a vendus. Citant une source proche des négociations, le magazine affirme que Moscou a donné son accord pour vendre à Damas quelque 50 systèmes antiaériens Pantsyr-S1E de missiles à courte portée pour la somme estimée de 730 millions de dollars (542 millions d’euros). Selon cette source, Damas et Téhéran ont conclu cet arrangement afin d’éviter à Moscou de nouvelles pressions diplomatiques de l’Occident concernant ses ventes d’armes. La Russie s’était trouvée au centre de critiques venues d’Israël et des États-Unis après avoir accepté en 2005 de fournir à l’Iran un système Tor-M1 de missiles sol-air, contrat qui a été finalisé en janvier 2007.

Source : L'Orient Le Jour

mercredi 23 mai 2007

Arabs send arms for army - and US may follow suit

Arab League chief Amr Moussa said Tuesday that some Arab countries had sent weapons to the Lebanese Army to boost its fight against Islamic militants, as world leaders continued to express their support for the government in fighting in North Lebanon. Moussa did not disclose which Arab states had supplied Lebanon with weapons, or the quantity of arms provided.

"But more weapons will be sent, should the need arise," Moussa said.

The League issued a statement condemning the "terrorist acts committed" by Fatah al-Islam, which it said "has nothing to do with Palestinians or Islam." The statement expressed "total support for the efforts exerted by the Lebanese government and Army to assert security and stability."


US officials said Tuesday that Washington may also provide emergency military aid to Siniora. "Right now, we are considering a request for additional assistance coming from the Lebanese government," State Department spokesman Sean McCormack said.

Source : The Daily Star

La Syrie s’apprêterait à fournir des armes au Fatah Al-Islam

Alors que le Fatah Al-Islam affirme vouloir "respecter la trêve" mais refuse "la reddition à l’armée libanaise", un journal koweïtien affirme que "le dirigeant du groupe terroriste a demandé un soutien logistique à la Syrie" qui s’apprête à le lui fournir.
Selon le site « », un porte-parole du groupe Fatah Al-Islam a affirmé que « les combattants de son mouvement respecteront la trêve conclue avec l’armée libanaise, mais ils refusent toute reddition ».


D’autres informations semblent confirmer que la trêve ne peut être que provisoire, destinée à évacuer les civils du camp de Nahr El-Bared. En effet, selon le quotidien koweïtien « Al Seyassah », « le chef du Fatah Al-Islam, Chaker Al Abssi, aurait demandé aux services syriens de lui fournir du matériel et des munitions, afin de pouvoir résister aux assauts de l’armée libanaises. Les officiers traitants, en charge de ce groupuscule, auraient alors demandé au commandement de la marine syrienne de préparer des barques camouflées afin de transporter les munitions et les explosifs indispensables à la guerre des rues engagées. Pour ce faire, et au moment où l’armée libanaise a renforcé sa présence sur la frontière, le seul moyen serait le recours aux hommes-grenouilles par acheminer la marchandise ».

Source :

samedi 19 mai 2007

50 countries will meet to discuss the draft of a treaty to ban cluster munitions

Almost a year has passed since the summer 2006 war with Israel.


Cluster munitions are anti-personnel weapons that scatter tiny but deadly bomblets over a wide area. The munitions, 4 million of which were spread across South Lebanon by Israeli forces - including about 1 million that failed to detonate - have caused 30 deaths and 180 injuries among civilians since the end of the war, according to the United Nations Mine Action Center.

The unexploded cluster munitions have turned homes, livelihoods and public places into de facto minefields.

Almost 50 countries will meet in Lima, Peru, from May 23-25 to discuss the draft of a treaty to ban the weapons, which have been used widely in Iraq, Afghanistan, Lebanon and the Russian region of Chechnya. But major cluster-bomb-producing states, including the US, Russia and China, have made clear they oppose a blanket ban, arguing that they need to keep the option of using the weapon for defense.


Although the lack of action by major foreign powers is a common lament, sanctions against Israel for misusing the weapons would not be unprecedented. The Reagan administration imposed a six-year ban on cluster-weapon sales to Israel in 1982 after a Congressional investigation found that Israel had used the weapons in civilian areas during its invasion of Lebanon that year.

While those in power alternately debate and ignore the issue of cluster munitions and their ramifications, Rasha continues to struggle each day against a permanent injury.


Source : The Daily Star

mercredi 16 mai 2007

La question de l'armement des milices demeure préoccupante

Les informations relatives au réarmement des milices au Liban, dont le Hezbollah, paraissent de plus en plus préoccupantes, affirme le Secrétaire général dans son dernier rapport sur la résolution 1559, surtout sur fond de persistance de la crise politique autour de la création d'un tribunal international dans l'affaire Hariri.

« Au cours des six mois qui se sont écoulés, le Liban a continué d'être plongé dans l'incertitude politique, le devant de la scène étant de plus en plus occupé par la création d'un tribunal spécial pour le Liban dans le contexte des travaux de la Commission d'enquête internationale indépendante », rappelle le dernier rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité sur la résolution 1559, destinée à rétablir la souveraineté du Liban.

« On a souvent exprimé la crainte que le statu quo provisoire et précaire qui a été préservé depuis le lendemain de la guerre civile ne risque de s'effondrer, entraînant un réarmement massif et faisant donc réapparaître le spectre d'un nouvel affrontement entre les Libanais », fait observer le Secrétaire général, qui craint au bout du compte « une nouvelle course aux armements au Liban », qui aurait des « conséquences imprévisibles ».

Le rapport souligne les principaux domaines de la résolution 1559 qui restent à mettre en oeuvre, à commencer par le désarmement des milices. Le Secrétaire général rappelle que « le Hezbollah soutient qu'il est en train de renforcer sa capacité et de reconstituer sa présence armée, qu'il est présent dans le sud du Liban au voisinage de la Ligne bleue, qu'il dispose d'une quantité considérable d'armes et qu'il a le droit de transporter ces armes dans le pays pour lutter contre Israël ».

Dans d'autres déclarations publiques, son chef, le Cheikh Hassan Nasrallah, a paru « rejeter l'idée que le Hezbollah soit 'un État dans l'État' remettant en question l'autorité même de l'État libanais ». Il a paru « également subordonner le désarmement de son groupe ('la solution à la question de la résistance') à l'établissement d'un 'État fort et d'une armée puissante' », note le rapport.

« Je constate que l'établissement d'un État fort et d'une armée puissante est la conséquence logique, plutôt que la condition préalable, du désarmement et de la dissolution des milices, de l'intégration de leur capacité militaire dans les forces armées régulières et de leur volonté de participer à la vie politique démocratique », affirme à cet égard Ban Ki-moon.

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) n'a pas été en mesure de confirmer la présence de milices armées illégales au Sud-Liban. Mais le rapport souligne divers incidents à travers le pays. Ainsi, le gouvernement libanais a informé le Secrétaire général que « le 3 mars 2007, les douanes libanaises avaient arrêté, dans la zone du Mont Liban, un véhicule particulier, et avait saisi 25 Kalachnikovs entièrement neuves, ainsi que six boîtes contenant 700 balles chacune et 50 chargeurs ».

Dans le cadre d'un autre incident, le rapport évoque « une lettre adressée le 20 mars 2007 par la République arabe syrienne au Conseil de sécurité, qui indique que les autorités syriennes ont appréhendé un camion immatriculé en Iraq qui transportait des armes de contrebande ». « Je persiste à croire qu'il est impératif d'assurer la démarcation de la frontière libano-syrienne et son contrôle rigoureux de part et d'autre », affirme le Secrétaire général qui informe qu'il élabore « actuellement un cadre permettant d'évaluer la situation le long de la frontière » et qu'il a l'intention de « dépêcher sous peu, en liaison étroite avec le Gouvernement libanais, une mission indépendante pour évaluer de près la surveillance de la frontière ».

Ban Ki-moon note aussi « que la République arabe syrienne a affirmé qu'Israël envoyait des armes à certains groupes libanais, au sujet de quoi les médias se perdent en conjectures ». « Certaines sources ont également affirmé que d'autres parties de la région et de l'extérieur effectuaient aussi des transferts d'armes ». « Aucune preuve ne m'a été fournie à l'appui de ces dires », fait observer le Secrétaire général, qui se dit néanmoins préoccupé que ces allégations « montrent que l'autorité de l'État libanais sur l'ensemble de son territoire et son monopole de l'emploi légitime de la force sont loin d'être incontestés et assurés ».

Autre source d'inquiétude : « la menace croissante que représentent pour la présence des Nations Unies au Liban les groupes islamistes extrémistes qui auraient trouvé asile dans des camps de réfugiés palestiniens ». « À la suite du double attentat à la bombe commis contre des autocars le 13 février 2007, les Forces de sécurité interne ont arrêté un certain nombre de membres du groupe Fatah al Islam dont la plupart étaient des Syriens », indique le Secrétaire général.

« De l'avis de fonctionnaires libanais avec qui je me suis entretenu, ce groupe, qui partage l'idéologie d'Al-Qaida, est financé par la milice Fatah-Intifada basée à Damas et composée essentiellement de Syriens et de Palestiniens de résidence syrienne, bien qu'on y trouve aussi des Libanais et des membres d'autres nationalités. Le Fatah al-Islam aurait de 200 à 250 membres et serait dirigé par un Palestinien de Jordanie recherché par la justice au sujet de l'assassinat d'un diplomate des États-Unis à Amman en 2001 », précise Ban Ki-moon. « Le Ministre syrien de l'intérieur a affirmé que le groupe était lié à Al-Qaida et avait des contacts avec l'ancien dirigeant d'Al-Qaida en Mésopotamie, Abou Moussab Al Zarqaoui », ajoute-t-il.

Le rapport souligne par ailleurs un point connexe de la résolution 1559 qui n'a pas été encore mis en oeuvre, à savoir la démarcation de la frontière entre le Liban et la Syrie. « Je réaffirme ma conviction que l'établissement de relations diplomatiques officielles entre la République arabe syrienne et le Liban et la démarcation de la frontière syro-libanaise sont des mesures essentielles pour affirmer le strict respect de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance politique du Liban », affirme le rapport.

Source : L'Orient Le Jour

vendredi 11 mai 2007

UNICEF helps educate children on dangers of cluster bombs

Activities provide youngsters with safe alternatives to playing in explosive-riddled countryside

BINT JBEIL/MAARAKE: "Have any of you seen a cluster bomb in your houses used as a decoration?" a counselor with UNICEF Mine Risk Education program asks class of third- and fourth-graders at Al-Ahlia School in the Southern village of Maarake near Tyre. Several hands shoot up - a testament to the need for education on the issue following the summer 2006 war with Israel. Working with government ministries and several local and international NGOs, the UNICEF programs, conducted on a weekly basis, focus on restoring normalcy and promoting physical and psychological health for children and their families.

With the citrus harvest coming up, bringing families throughout rural Lebanon to the fields, the need for mine risk education is particularly acute.

Unexploded ordnance (UXO), including land mines from past conflicts and cluster munitions from the summer war, poses one of the most serious threats to children and their families in the South. Since the August 14 cease-fire, 29 people in the area have been killed by cluster bombs and 204 have been wounded, including 70 under the age of 18, according to UN statistics. The numbers continue to rise.

"A few months ago my 15-year-old cousin picked up a cluster bomb and was playing with it," said Sara Akika, a 13-year-old resident of Bint Jbeil. "He didn't know what it was, he was ignorant. It exploded right there in his hand."

Her cousin sustained severe injuries, but luckily he did not lose his hand.

Although UXO clearance teams have made much progress, the work is painstaking, and officials say it will take up to another year to remove the physical threat. Until then, education and awareness continue to be critical in protecting children and youth from the "ticking bomb" legacy of the war.

"I didn't die in the war but maybe now I will step on a cluster bomb and die. This is no life, I am not free," says Fatme Soulaman, 18, a student at the Khalil Jourdani Schoo in Maarake.

Working in coordination with Lebanon's National De-mining Office, the Lebanese Army and several UN organizations and NGOs, UNICEF heads an information campaign aimed at more than 1 million people in the areas hardest-hit by UXOs, including South Lebanon, the Bekaa Valley and the southern suburbs of Beirut. The mass communications component of the Mine Risk Education/UXO campaign focuses on key awareness messages describing what UXOs look like and what to do if it they are sighted: Don't approach, don't touch, and report to the authorities.

Awareness vehicles include posters, flyers, banners, television spots, radio messages and, creatively, water bottles.

UNICEF and Norwegian People's Aid funded the instruction of over 200 program trainers. In turn, the trainers now lead sessions in 150 villages targeting parents, agricultural workers, farmers, children and teachers.

"We are facing a second war now with the cluster bombs so these classes are critical," said Amena Ajami, a teacher at Al-Ahlia School. "They are saving the lives of our children, they need to be continued."

These school-based sessions include activities specifically tailored to different age groups, using coloring books, theater skits, photography exhibits and more. There is even a board game, a play on the classic snakes and ladders" with one difference: The villainous snakes are cluster bombs.

Despite their unconventional tactics, the educational programs have a difficult time reaching adolescents. Boys aged 13-18 face a unique challenge, trainers say: adolescent bravado. This age group has suffered almost a quarter of the total civilian injuries since the cease-fire.

Source : The Daily Star

mercredi 9 mai 2007

Ban cites Hizbullah's arms as 'key' threat to government's authority

UN chief Ban Ki-moon enumerated ways in which Security Council Resolution 1559 had not been implemented in a report submitted to the council late Monday, placing the disarmament of Hizbullah, respect for the sovereignty and territorial integrity of Lebanon and the holding of free and fair presidential elections atop the list of unfulfilled priorities.

It was the fifth semi-annual report on 1559 to be submitted to the council.

Ban reported that the continued possession of weapons by Hizbullah posed "a key challenge" to the Lebanese government's "monopoly on the legitimate use of force," and to the country's sovereignty.

Ban's report found little evidence to support assertions by Israel, however, that weapons are being funneled to Hizbullah through the border with Syria.

"UNIFIL received no reports of unauthorized armed personnel" and "has not detected illegal transfers of arms to areas south of the Litani," the report said, reiterating a passage from Ban's March 14 report on the implementation of UN Resolution 1701, which called for a cessation of hostilities in the summer 2006 war.

Ban likewise denied media speculation that Israel and other parties inside and outside the region were providing weaponry to groups aligned with the March 14 movement, saying the UN had no evidence to substantiate the claims.

"I reiterate my conviction that the disarmament of Lebanese and non-Lebanese militias must take place through a political process, which in the first instance depends on a resolution of the current political crisis and the establishment of dialogue and consensus," he said.

Ban took note of the many allegations concerning illegal arms trafficking and possible arming of Lebanese and non-Lebanese groups.

"All these are of great concern," the report said. "I am deeply worried the political crisis in Lebanon may be deepened and exacerbated by the allegations and related speculation."

The report pointed out that while Hizbullah has accused other groups of stockpiling weapons in secrecy, "it has publicly acknowledged remaining an armed militia in defiance of Resolution 1559."

Ban called on all parties "with the ability to influence Hizbullah to support its transformation into a solely political party." His report underscored the importance of cooperation by regional parties that maintain ties with Hizbullah.

In response to the report, Hizbullah MP Amin Cherri told The Daily Star that Hizbullah was itself concerned with illegal arming of certain Lebanese factions under the guise of "security companies." Hizbullah's arms were "in the service of Lebanon and the Lebanese" to protect against Israeli attacks, he said.

"There is no evidence of arms smuggling across the Syrian border, the Lebanese Army intelligence found no evidence nor has Israel with its sophisticated surveillance capabilities pro-vided by the US," Cherri said.

Concerning the issue of Palestinian arms outside refugee camps in Lebanon, which political leaders had agreed to abolish in national dialogue talks in the spring of 2006, Cherri said Hizbullah remained committed to the removal of all such weapons.

Source : The Daily Star

Ban Ki-Moon est inquiet des conséquences du trafic d’armes vers le Liban

Selon « Al Quds Al Arabi », le secrétaire général des nations Unis, Ban Ki-Moon, est très inquiet quant à la poursuite de l’afflux d’armes au Liban : « Je suis extrêmement préoccupé par le fait que la crise politique au Liban puisse être approfondie et exacerbée par des allégations en regard des trafics d’armes illégaux et des possibles réarmements de groupes libanais et non libanais », a-t-il déclaré dans son rapport relatif à l’application de la résolution 1559 adoptée en 2004 par le Conseil de sécurité. Ki-Moon appelle toutes les parties, dont les gouvernements syrien et iranien, à s’assurer de l’application complète des résolutions 1559 et 1701 du Conseil de Sécurité, et invite Damas à tracer ses frontières avec le Liban et à instaurer des relations diplomatiques normales entre les deux pays. Le Secrétaire général de l’ONU a par ailleurs appelé à « l’organisation d’élections présidentielles libres pour élire un successeur au président Emile Lahoud ». Selon lui, « le processus électoral doit être conduit conformément aux règles constitutionnelles libanaises sans l’intervention étrangère ».

Source : Al Quds Al Arabi (Londres) via

lundi 23 avril 2007

Washington tente de lever l’opposition israélienne aux ventes d’armes à des pays arabes

Selon « Al Quds Al Arabi », le secrétaire d’Etat américain Robert Gates, en visite en Israël mercredi et jeudi, a tenté de dissiper les craintes israéliennes quant aux ventes d’armes américaines aux pays du Golfe. Washington estime en effet que l’Arabie saoudite et les monarchies « modérées » du Golfe constituent un « rempart contre l’Iran », et les ventes d’armes sophistiquées à ces pays, considérés comme « stratégiquement alliés », ne devraient pas inquiéter l’Etat hébreu. Israël avait protesté contre le projet américain de vente d’armes modernes aux pays du Golfe, craignant un déséquilibre stratégique en sa défaveur.

Source : Al Quds Al Arabi (Londres) via

vendredi 20 avril 2007

Le Hezbollah affirme avoir des stocks abondants d’armements

Le quotidien koweïtien « Al Seyassah » cite le ministre libanais de l’Energie, Mohammed Fneïch (Hezbollah), qui fait partie des cinq ministres chiites démissionnaires, qui a vivement critiqué la déclaration de la présidence du Conseil de sécurité accusant la Syrie et le Hezbollah de continuer de violer la résolution 1701 à travers la poursuite du trafic d’armes vers le Liban pour le compte du Hezbollah. Fneïch a affirmé que son parti possède des quantités abondantes d’armes et n’a nullement besoin de ce trafic.

Notons que le 18 avril, le même quotidien « Al Seyassah » avait affirmé que le Hezbollah renforce ses capacités militaires, notamment en créant une « brigade de défense anti-aérienne ». La première « promotion » a achevé ses entraînements en Iran, le 16 avril, et ses 500 hommes ont rejoint le Liban via l’aéroport de Damas. A Téhéran, ils ont suivi des entrainements intensifs sur l’utilisation des missiles anti-aériens de fabrication russe et chinoise, dont ils sont équipés au Liban. Cette nouvelle armée hezbollahie inquiète Israël, car elle est spécialisée dans la défense contre les avions volant à basse altitude. Ce qui enlèverait à Tsahal une partie importante de sa suprématie aérienne.

Source : Al Seyassah (Koweït) via

jeudi 19 avril 2007

Welch insists Syrians or Iranians arming Hizbullah

Syria or Iran continues to provide weapons to Hizbullah in Lebanon in violation of a UN arms embargo, a senior US official said Wednesday. "The border between Lebanon and Syria remains highly porous," Assistant Secretary of State David Welch told a Congressional panel.

Welch said that Washington agreed with a recent report by UN Secretary General Ban Ki-moon asserting "serious breaches" of the arms embargo imposed under a Security Council resolution which ended last year's summer war with Israel.

"It is clear in [Ban's] judgment, and it is clear in our own independent [judgment] that Hizbullah continues to rearm and we can see no other source for such assistance than Syria or Iran," said Welch, the top State Department official for the Middle East.

"We are encouraging the Lebanese Army and UNIFIL to take a more assertive role in stopping smuggling," he said, referring to an expanded United Nations peacekeeping force deployed in Lebanon following the July-August war. (...)

Welch was speaking after the Security Council on Tuesday asked Ban to send an independent mission to investigate reports of illegal arms movements across the Lebanese-Syrian border.

The council expressed its "serious concern at mounting information by Israel and another state" of arms smuggling across the border in violation of UN resolution 1701.

Syria has denied that arms are making their way over the border into Lebanon and warned against any moves to station international troops along the frontier in Lebanon, which Damascus occupied for 30 years until being forced by popular protests to withdraw following Hariri's assassination. (...)

On Tuesday, all 15 members of the council unanimously adopted the statement, calling on Ban "to dispatch at the earliest, in close liaison with the Lebanese government, an independent mission to fully assess the monitoring of the border." (...)

The statement did, however, take note of the fact that the Syrian government has been cooperating and has attempted to prevent the smuggling of arms across its border. Nonetheless, it reiterated its call on Syria "to take further measures to reinforce controls at the border." (...)

Hizbullah refuses to relinquish their arms before an Israeli withdrawal from the farms, claiming them as the last piece of Lebanese land to remain under occupation. Israel refuses to leave, claiming the territory is part of the Golan Heights, and therefore Syrian land, albeit occupied. The UN expects the official demarcation to be completed by mid-June.

Source : The Daily Star

mardi 17 avril 2007

L’importation des armes et munitions a augmenté de 147 %

Sur les deux premiers mois de l’année, le déficit de la balance commerciale du Liban s’est établi à 1 309 millions de dollars, en hausse de 19,21 % par rapport à la même période de l’année dernière. Les importations ont totalisé 1 717 millions de dollars, fin février, en hausse de 21,77 % par rapport aux deux premiers mois de 2006.

Les exportations se sont élevées à 408 millions de dollars fin février, en augmentation de 30,77 % par rapport à 2006. Sur le seul mois de février, les importations ont augmenté de 8 % par rapport au même mois de l’année dernière après une hausse de 38 % en janvier. À noter que les importations de produits végétaux ont bondi de 75 % par rapport à 2006, et celles d’armes et de munitions de 147 %.

Source : L'Orient Le Jour

samedi 24 mars 2007

Fateh el Islam possède des orgues de Staline et des canons

La formation intégriste affirme entraîner des Palestiniens pour combattre « les juifs en Palestine »

Le groupuscule islamiste Fateh el-Islam, qui reconnaît des affinités idéologiques avec el-Qaëda, entraîne de jeunes Palestiniens dans le camp de réfugiés de Nahr el-Bared, au nord de Tripoli, pour combattre « les juifs en Palestine ».

« Notre premier objectif est de combattre les juifs en Palestine. Nous voulons y implanter la bannière de l’islam », affirme Abou Sélim, porte-parole de Fateh el-Islam, au correspondant de l’AFP, Négib Khazzaka.

C’est dans un terrain aménagé près de la côte que ce groupuscule inconnu jusqu’à son apparition en novembre à Nahr el-Bared (22 000 habitants), à 92 km de Beyrouth, entraîne de jeunes Palestiniens. Des barbus armés de lance-roquettes antichars ou de fusils-mitrailleurs paradent à l’abri des regards, en compagnie d’Abou Sélim, qui cache son visage derrière un keffieh rouge et blanc. L’entraînement se déroule de préférence à la nuit tombée, près d’une permanence étroitement gardée par des sentinelles armées, habillées de noir. Dans un hangar sont entreposées des armes de gros calibre, des orgues de Staline, des canons, des jeeps.

Fateh el-Islam, qui compte quelque 150 militants dont des Arabes ayant combattu en Irak, est le mieux armé parmi les formations traditionnellement présentes à Nahr el-Bared. Son dirigeant, Chaker Absi, et de nombreux cadres étaient affiliés au Fateh-intifada, un groupe palestinien basé à Damas, avant d’entrer en dissidence.

Selon le ministre de l’Intérieur, Hassan Sabeh, des membres de ce groupuscule, de nationalité syrienne, ont reconnu avoir perpétré le double attentat qui a tué trois personnes dans des bus le 13 février à Aïn Alak. « Ceux qui croient dans la primauté de l’islam sont attirés par notre jihad. Ils viennent suivre une formation militaire et écouter nos précepteurs », explique Abou Sélim.

Des « lionceaux »

Il assure que nombreux jeunes de Nahr el-Bared et des autres onze camps de réfugiés palestiniens disséminés au Liban ont adhéré à son groupe. Quand on demande à de jeunes écoliers, des « lionceaux » réunis dans un local du groupe, qui sont les ennemis de Fateh el-Islam, la réponse fuse : « Tous ceux qui ne croient pas dans le Coran et la charia. » Ayman, cartable à la main, est « fasciné » par la rhétorique religieuse et le dynamisme des islamistes. « La permanence est sur le chemin de l’école, j’y entre à l’aller et au retour », affirme-t-il.

Selon des habitants du camp, Fateh el-Islam disposerait d’importants moyens financiers qui lui donnent une grande capacité de recrutement. « L’attrait de l’islam est la raison de l’adhésion des jeunes en dépit de l’hostilité affichée des organisations rivales laïques », réplique Abou Sélim. Fateh el-Islam a adopté comme emblème un drapeau noir sur lequel est inscrit en jaune « Il n’y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète ». Il n’affiche pas le drapeau palestinien de tout temps arboré par les formations nationalistes et laïques membres de l’OLP.

Abou Sélim reconnaît une « analogie » entre Fateh el-Islam et el-Qaëda, tout en niant « tout lien organisationnel » avec le réseau terroriste d’Oussama Ben Laden. « Nous n’avons aucune relation organisationnelle avec des mouvements qui mènent le jihad, el-Qaëda ou autres, mais il existe une analogie entre nos doctrines et nos méthodes », affirme-t-il. Il estime que son organisation est la cible d’une « campagne calomnieuse visant à dénaturer son action ». « Tantôt on nous traite d’instruments des services de renseignements syriens, tantôt d’auteurs d’un attentat commis au Liban et tantôt de membres d’el-Qaëda », déplore-t-il.

Source : L'Orient Le Jour

samedi 10 mars 2007

Découvertes d'armes cachées dans des maisons au sud du Liban

Selon un communiqué militaire publié ce samedi, lors d'une rafle dans les localités du sud du Liban, des troupes libanaises se sont emparées d'engins explosifs et de roquettes, et ont arrêté deux suspects.

Les armes saisies sont des missiles Strella, une roquette de type Katioucha, ainsi que des engins explosifs et des détonateurs. Le communiqué a ajouté que d'autres patrouilles ont été effectuées, et des grenades, des missiles lance-grenade du type B7, des armes légères et lourdes, un équipement militaire ainsi qu'une bombe remplie de clous ont été également saisies par les Forces de Sécurité Intérieure.

Source : Libnanews

Israël s’inquiète du déploiement de roquettes par la Syrie, une « réelle menace stratégique »

Les missiles peuvent atteindre la plupart des villes du nord de l’État hébreu

Israël s’inquiète d’un déploiement ces derniers mois par la Syrie de milliers de roquettes de moyenne et longue portée pouvant atteindre la plupart des villes du nord d’Israël.

Des responsables militaires et gouvernementaux israéliens ont confié que ce déploiement, qui s’ajoute à d’autres informations sur des mouvements de troupes en Syrie, constitue pour Israël une indication sur des préparatifs syriens en vue d’une « guerre limitée ». « Nous avons relevé que la Syrie a déployé ces derniers mois des centaines et peut-être des milliers de roquettes de moyenne et longue portée le long de la frontière (avec Israël) », a affirmé un responsable militaire israélien. « Ces roquettes sont dissimulées dans des souterrains et des silos camouflés, qui sont difficiles à localiser », ajoute-t-il. Ces responsables, qui se sont exprimés sous le couvert de l’anonymat, affirment que la Syrie a construit un système de tunnels fortifiés le long de sa frontière avec Israël.

Les roquettes de 220 mm ont une portée de 70 kilomètres, tandis que celles de 302 mm peuvent dépasser 100 kilomètres, ce qui expose les habitants des villes du nord d’Israël comme Tibériade et Kyriat Shmona. Les roquettes de longue portée peuvent également frapper la troisième ville d’Israël, Haïfa, et sa zone industrielle qui abrite notamment des raffineries et un port. La Syrie aurait également déployé des lances-roquettes FROG d’une portée de 70 kilomètres, équipés de charges de 550 kilogrammes, entre Damas et la frontière avec Israël, sur une quarantaine de kilomètres.

Pour Israël, ce déploiement massif est une « réelle menace stratégique ». « Le président syrien Bachar el-Assad a pris conscience après la dernière guerre au Liban qu’Israël n’était pas aussi fort qu’il y paraît et pouvait être menacé par des moyens militaires simples plutôt que par une armée moderne », observe le directeur du Centre Begin-Sadate d’études stratégiques, Ephraïm Inbar. M. Inbar est convaincu qu’ « Assad prépare son armée à une guerre limitée, une sorte de guerre d’usure avec Israël, durant laquelle la Syrie lancera quelques roquettes contre le territoire israélien sans pour autant déclencher une guerre totale ». « La Syrie investit ces dernières années sur un terrain où elle peut avoir l’avantage sur Israël : DCA, roquettes, missiles et bunkers. La guerre au Liban de l’été dernier lui prouve qu’elle a bien fait », estime un responsable militaire. Des responsables gouvernementaux ont par ailleurs affirmé que la Syrie était sur le point d’acheter à la Russie des milliers de roquettes antichars, comme celles utilisées pendant la guerre par le Hezbollah contre les blindés israéliens.

Le chef des Renseignements militaires israéliens, le général Amos Yadlin, a estimé lors d’un récent Conseil des ministres que la probabilité d’une guerre déclenchée par la Syrie restait faible, mais qu’une réaction militaire syrienne à des mouvements de troupes israéliennes était par contre très envisageable. Fin décembre, le ministre de la Défense israélien, Amir Peretz, avait fermement démenti des informations publiées par les médias israéliens sur l’éventualité d’une guerre avec la Syrie pour l’été 2007 à la suite de déclarations syriennes sur une éventuelle option militaire pour récupérer le plateau du Golan occupé par Israël depuis 1967.

Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, a récemment rejeté plusieurs appels à la négociation lancés par le président Assad, soulignant que cette offre ne pourra être prise au sérieux que si Damas cesse son soutien militaire au Hezbollah et au Hamas. Les négociations entre Israël et la Syrie sont gelées depuis 2000. Damas réclame la restitution du plateau du Golan annexé en 1981. Plus de 15 000 Israéliens y sont installés.

Source : L'Orient Le Jour

vendredi 9 mars 2007

Les Forces de Sécurité Intérieure arrêtent trois trafiquants d’armes et saisissent trois fusées sol-air

Les FSI ont précisé hier dans un communiqué qu’ils ont arrêté trois trafiquants d’armes. Un père et son fils, affiliés au Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG), ont été arrêtés lors d’une embuscade tendue près de Nabatiyeh. « Trois fusées sol-air de type Strella ont été saisies avec leurs rampes de lancement, ainsi qu’une roquette antichar », ajoute le communiqué. Le père, A.M, né en 1962, a avoué être un trafiquant d’armes de longue date, s’approvisionner dans la base du FPLP-CG à Naamé, et entretenir des liens avec de nombreux responsables et cadres de l’organisation palestinienne d’Ahmad Jibril. Il a en outre donné les noms de deux complices libanais, dont l’un, A.H né en 1970, a été arrêté par les forces de sécurité qui mènent des recherches pour appréhender le second, ajoute le communiqué. Les forces de sécurité avaient annoncé fin février avoir saisi des quantités d’explosifs « sophistiqués » près du camp palestinien de Aïn el-Héloué.

Source : L'Orient Le Jour

Les munitions non explosées ont déjà fait 27 tués et plus de 145 blessés au Liban-Sud depuis l'été 2006

Trois blessés par une ancienne roquette israélienne au Liban-Sud

Trois civils ont été blessés hier, jeudi 8 mars, au Liban-Sud, par l’explosion d’une ancienne roquette israélienne qu’ils manipulaient. Les trois hommes, Ibrahim Sleiman, 40 ans, Ahmad Jaber, 42 ans, et Mohammad Tabaja, 40 ans, ont été blessés par l’explosion de la roquette dans le village de Rachaf, près de Tyr. Ils ont été transportés à l’hôpital Najm où ils ont subi des opérations chirurgicales. En 34 jours de conflit avec le Hezbollah en juillet-août 2006, Israël a tiré des centaines de milliers d’obus, dont de nombreuses bombes à sous-munitions. 40 % de ces bombes n’ont pas explosé en touchant le sol, selon l’ONU.Au moins 27 personnes ont été tuées et plus de 145 autres ont été blessées par l’explosion de ces bombes depuis la fin du conflit, dont des démineurs étrangers.

Source : L'Orient Le Jour

jeudi 8 mars 2007

Arrestation de trafiquants d’armes au Liban (Al Arabiya)

Les services de sécurité intérieure libanais ont arrêté aujourd’hui un trafiquant d’armes, dans le sud du pays. L’homme, de nationalité libanaise, et ses enfants, transportaient trois missiles sol-air de type SAM-7 qu’ils devaient revendre au marché noir. Ils ont reconnu pratiquer ce trafic très lucratif depuis longtemps, en se servant des armes du FPLP-CG d’Ahmed Jibril dont ils font partie, stockées dans les galeries souterraines des camps du Front à Nahmé, à 15 km au sud de Beyrouth.

Source : MédiArabe

L’armée de l’air israélienne dévoile un drone capable d’atteindre l’Iran

L’armée de l’air israélienne a dévoilé hier le Heron UAV, un appareil sans pilote à long rayon d’action capable d’effectuer des missions de reconnaissance en profondeur d’un territoire ennemi. L’appareil, d’une envergure de 16,6 mètres et d’un fuselage de 8,5 mètres, est capable de voler à 9 km d’altitude avec une autonomie de vol d’une trentaine d’heures. Il a été utilisé pour la première fois lors de la guerre menée l’été dernier au Liban contre le Hezbollah pour diverses missions comme, notamment, la localisation des lanceurs de roquettes pointés vers le nord d’Israël. À la question de savoir si le Heron était capable d’atteindre l’Iran, le général Shkedi a répondu que les missions qu’il peut effectuer « dépassent les limites de l’imagination ». L’engin est capable de transporter une charge maximale de 1 150 kg. Selon des experts étrangers, le Heron a un rayon d’action maximal de 3 300 km, qui met notamment l’Iran à sa portée. « Cet appareil peut effectuer des missions dont nous étions auparavant incapables. Son moteur est silencieux et ses équipements sont le dernier cri de la technique. Il peut aller partout où vous pouvez l’imaginer », dit un autre officier, le commandant S, sous le couvert de l’anonymat. Le mois dernier, le Sunday Times avait fait état d’un plan israélien pour des frappes aériennes préventives des installations nucléaires iraniennes.

Source : L'Orient Le Jour

mercredi 7 mars 2007

Un journaliste « suicidé » à Moscou enquêtait sur des ventes d’armes à Damas

Le journaliste russe Ivan Safronov, mort en tombant du quatrième étage de son immeuble à Moscou, enquêtait sur des ventes d’armes russes à la Syrie et à l’Iran, écrivait hier son journal, le quotidien russe Kommersant, qui doute qu’il se soit suicidé. Cet ancien colonel, qui écrivait sur l’armée et l’espace, avait indiqué avoir des « reçu des informations » concernant la vente de chasseurs Soukhoï-30 à la Syrie et de systèmes de batteries antiaériennes S-300 à l’Iran qui « devaient passer par le Belarus afin que l’Ouest n’accuse par Moscou d’armer des États voyous », selon Kommersant. Ivan Safronov avait appelé ensuite fin février d’Abou Dhabi où il couvrait le plus grand Salon d’armement du Moyen-Orient, l’IDEX-2007, en disant « avoir la confirmation irréfutable » de ces informations, poursuit le quotidien. De retour à Moscou, il avait parlé à des confrères de « la signature par la Russie et la Syrie de contrats portant sur des systèmes antiaériens Pantsir C1, des chasseurs MiG-29 et des missiles (tactiques) Iskander », ajoute Kommersant. Safronov avait toutefois dit à ces confrères « ne pas pouvoir écrire dans l’immédiat (à ce sujet) parce qu’on l’avait mis en garde contre le risque d’un grand scandale international et d’une enquête du FSB pour divulgation de secrets », selon Kommersant. Il n’avait toutefois pas mentionné qui le mettait ainsi sous pression. Après Kommersant, l’Union des journalistes de Russie (SJR) a émis hier des doutes sur la thèse du suicide et a annoncé qu’elle envisageait de mener sa propre enquête sur la mort d’Ivan Safronov.

Source : L'Orient Le Jour

Pedersen évalue l'impact des bombes à fragmentation au Sud Liban

Le représentant du secrétaire général des Nations unies, Geir Pedersen, s’est réuni hier avec une délégation de cadres du mouvement Amal, formée du député Ali Bazzi et du responsable des relations extérieures Ali Hamdane. La discussion a porté sur les développements au Liban-Sud, plus particulièrement en ce qui concerne l’impact sur la population civile des bombes à fragmentation larguées cet été par l’aviation israélienne, et qui continuent de faire des victimes parmi les habitants. Les programmes de développement pris en charge par les Nations unies au Sud ont également été au centre des discussions. Par ailleurs, l’armée libanaise a indiqué hier que ses unités procéderont aujourd’hui à la destruction de munitions non explosées dans les environs des villages de Aïta al-Jabal et Blat, de 9h à 17h. Une action similaire a été menée hier au même endroit. Par ailleurs, l’armée a détruit hier une bombe qui avait été larguée par l’aviation israélienne en mer durant la guerre, et qui a été ramenée par les flots vers le rivage. La bombe a été découverte hier dans la nuit près d’un hôtel du village de Khayzaran.

Source : L'Orient Le Jour

vendredi 2 mars 2007

Ventes d'armes à la Syrie : inquiétude Israélienne

Israël s'est déclaré préoccupée en raison de possibles ventes de missiles russes AT 15 Khrizantema ayant une portée de 6 km (soit le double d'un missile antichar normal) à la Syrie.

Selon un article du quotidien Yediot Aharonot, ce missile guidé par rayon laser ou par radar aurait des capacités à percer les systèmes de défense des chars les plus modernes. Les autorités Israéliennes se déclaraient inquiètes sur de possibles transferts de ses missiles au Hezbollah qui aurait déjà utilisé avec grande efficacité, des missiles de fabrication russes Kornet et Metis M, et infligeant de pertes sévères aux unités blindées de l'État hébreu lors du conflit de juillet dernier. Ces différents achats auraient été financés par l'Iran.

Préoccupation également en raison du renforcement de l'armée syrienne. Des rapports des services secrets ont indiqué que la Syrie continue à renforcer son armée comme si elle se préparait à une guerre. Il y a trois jours déjà, un quotidien Israëlien, le Haaretz, faisait état du redéploiement de troupes syriennes en direction du plateau du Golan, le Jérusalem Post faisant quant à lui état du rapprochement d'infrastructures militaires pouvant être utilisé en cas de conflit de ce même plateau.

Certaines sources diplomatiques indiquent que les Israéliens demandent à Moscou l'annulation des différents contrats de ventes d'armes à la Syrie. L'ancien ministre de la diplomatie a ainsi vivement critiqué la Russie au cours d'une interview diffusée par la radio israélienne en estimant que « ce pays joue avec le feu qui peut provoquer un embrasement de la région et la stabilité du monde, » avant de menacer Moscou en déclarant qu’ « Israël agira de toutes ses forces pour faire cesser les agissements de la Russie. »

Source : Libnanews

jeudi 1 mars 2007

Voitures blindées fabriquées localement ou importées : le prix fort à payer pour se protéger

Un bâtiment protégé, c’est bien. Mais encore faut-il assurer la sécurité sur les routes, sachant que tous les attentats visant des personnalités ont eu lieu en pleine rue, et ont ciblé des véhicules en mouvement ou garés. L’augmentation des demandes sur les voitures blindées n’étonnera donc personne, surtout si elle provient d’hommes et de femmes politiques soucieux de leur sécurité, notamment aux lendemains d’attentats et dans un contexte d’escalade politique. L’importation, la vente et la location de ce type de véhicules se pratique par certaines sociétés au Liban et, depuis quelques années, le blindage des voitures y est également assuré sur place. Ce business est entouré d’un grand secret – nécessairement, puisqu’il touche à une question de vie ou de mort – et devrait être soumis à des règles strictes.

Il n’y a pas qu’un genre de voitures blindées. Celles-ci assurent une protection plus ou moins complète selon le blindage, et préservent contre différents types d’armes (des balles jusqu’aux déflagrations). Selon des informations obtenues auprès d’une société qui importe des véhicules blindés, mais qui est aussi l’une des quatre sociétés locales à pratiquer le blindage sur place selon des standards internationaux supervisés par une société américaine (pour le marché libanais, mais aussi irakien et afghan), il est préférable que le véhicule à blinder soit doté d’un moteur à huit cylindres, parce que le poids augmente considérablement et peut atteindre 650 à 800 kilogrammes.

Le blindage d’un véhicule opéré localement coûte entre 40 et 70 000 dollars, soit moins que le véhicule importé blindé puisqu’il faut en déduire les frais de douane. Beaucoup de modifications doivent être apportées au véhicule en raison du blindage, mais, selon des professionnels interrogés, quand le travail est bien fait, il est quasiment impossible de différencier une voiture blindée d’une autre, similaire, qui ne l’est pas. La société précitée ne pratique le blindage que suivant les niveaux B6 et B7 de sécurité, soit une haute protection contre les balles et contre les explosifs, en utilisant un genre de fer résistant pratiquement à tout. Les véhicules sont testés sur place.

Pour ceux qui le préfèrent, il y a l’option de louer ou d’acheter une voiture blindée, quelle que soit la marque. Les prix de la location varient de 1 500 à 2 000 dollars par jour environ. Les sociétés qui louent sont intransigeantes sur leur droit à connaître l’identité de la personnalité qui devra utiliser la voiture, mais très soucieuses de garder le secret des utilisateurs successifs pour des raisons de sécurité évidentes. Voilà pourquoi la confiance est un élément particulièrement important quand il s’agit de voitures blindées. Les sources interrogées affirment appeler leurs clients tous les deux ou trois jours pour insister sur le fait que le véhicule soit remplacé, au cas où la personnalité serait placée sous observation par d’éventuels agresseurs. La société peut aussi assurer des chauffeurs ayant reçu une formation spéciale.

Pour ce qui est de la vente, les prix varient de 70 000 à 200 ou 250 000 dollars, selon la voiture ou les options. Il va de soi que la police d’assurance est nettement plus élevée dans ce cas. Vu les risques... Les clients sont des personnalités politiques, à l’évidence, mais aussi d’autres personnages connus comme par exemple des artistes, ou encore des civils soucieux de leur sécurité et pouvant se payer un tel joujou. Pour plus de protection, sait-on jamais ?

Une question que se poseront inévitablement tous ceux qui s’intéressent à ce sujet : comment évaluer le degré de protection sachant que dans plusieurs attentats, notamment celui qui a coûté la vie à l’ancien Premier ministre Rafic Hariri et à plusieurs de ses compagnons, les voitures dans lesquelles se trouvaient les victimes étaient blindées. Évoquant cet attentat, une source fait remarquer qu’« aucun blindage ne peut résister à deux tonnes d’explosifs », mais de tels véhicules peuvent protéger de charges explosives moins importantes. Elle ajoute qu’il faut s’assurer qu’il n’y a pas de zones de faiblesse dans la carrosserie, notamment la cabine des passagers qui est supposée être protégée.

« Comme pour tout au Liban, certains clients font plus confiance aux voitures importées qu’à celles blindées sur place, s’insurge cette même source. Or il y a beaucoup d’avantages dans ce que nous faisons. D’une part, nous connaissons les risques et les besoins du pays, nous effectuons des études sur les attentats perpétrés et faisons évoluer notre blindage en conséquence. D’autre part, nous pouvons proposer des véhicules adaptés aux cas particuliers de nos clients, en prenant en compte, notamment, la route qu’ils traversent tous les jours et où ils courent les véritables risques. Le concept même de la voiture blindée permet à la victime d’un attentat de gagner... quelques secondes, qui décideront souvent de sa vie ou de sa mort. Or il ne faut pas perdre de vue que les tueurs sont des professionnels, qui observent leurs futures victimes de près, pas des groupes qui opèrent au hasard. Je peux toutefois promettre aux responsables que de nouvelles technologies sont actuellement en train d’être développées pour mieux les protéger. »

Cette source estime que, heureusement ou malheureusement selon où l’on se place, ce business a de beaux jours devant lui pour au moins cinq ans à venir, au Liban mais aussi dans la région.

Source : L'Orient Le Jour

mercredi 28 février 2007

Beirut claims seizure of 31 chemical bomb timers

BEIRUT: The Internal Security Forces unveiled 31 electro-chemical timers on Tuesday that ISF chief Achraf Rifi said had been "confiscated last week" from the "vicinity" of the Palestinian refugee camp of Ain al-Hilweh in Sidon. Militants had intended to use the devices for "terrorist operations," Rifi said, declining to elaborate on details of the alleged operation or of the seizure.

The announcement came two days after a report by prominent US investigative journalist Seymour Hersh said that the government of Prime Minister Fouad Siniora was allowing and possibly supporting the expansion of Sunni extremist groups in Lebanon, partly in an attempt to counter a challenge to its power by Hizbullah.

Hersh's report cited "American, European and Arab officials" as saying that "the Siniora government and its allies had allowed some aid to end up in the hands of emerging Sunni radical groups in northern Lebanon, the Bekaa Valley, and around Palestinian refugee caps in the South."

On Monday, Siniora's office said Hersh's report was "totally unfounded" and that the charges "totally contradict the mission statement of the Lebanese government which works hard to strengthen the abilities" of the Lebanese security forces.

The ISF displayed the confiscated timers at a shooting range in Aaramoon on Tuesday.

Source : The Daily Star

lundi 26 février 2007

« Tous les partis ont recommencé à s’armer », déplore le patriarche maronite

Le patriarche maronite, le cardinal Nasrallah Sfeir, a tiré hier la sonnette d’alarme concernant la détérioration de la situation dans le pays, notamment sur le plan de la sécurité. «Tous les partis ont recommencé à s’armer, a notamment déploré le patriarche Sfeir, comme si nous retournions vingt ans en arrière, et comme si nous n’avions rien appris des tragédies, abominations et difficultés que nous avons connues. » Lors du prêche du dimanche 25 février, le prélat maronite s’est étonné du fait que « nous soyons encore capables de renoncer au rôle de l’armée libanaise qui est la soupape de sécurité pour tous les Libanais ». Il semble que « nous ayons oublié que ce genre de disputes, qui transforment le pays en champ de bataille, finit par saper les fondements de l’État et force les citoyens à chercher d’autres pays, où ils ne sont même pas sûrs de trouver la tranquillité à laquelle ils aspirent ».

« Retournons à Dieu, a-t-il dit, et craignons-le. Reconstruisons ensemble notre pays, main dans la main, sur la base du respect mutuel, de sorte que nous soyons égaux devant la loi et qu’aucun citoyen ne sente qu’il a plus de droits qu’un autre », a affirmé le cardinal Sfeir. Le patriarche maronite a déploré que les querelles politiques divisent les membres d’une même famille. « La politique est corruptrice », a-t-il souligné, reprenant sur ce plan un vieux dicton arabe.

Source : L'Orient Le Jour

Découvertes d’explosifs et folles rumeurs empoisonnent le climat interne

Après la découverte, jeudi dernier à Achrafieh (Beyrouth), de caisses contenant des explosifs et des détonateurs, ainsi que de grenades de type Energa dans les hauteurs du Kesrouan, de mauvaises surprises similaires ont été signalées au cours des dernières quarante-huit heures dans différentes régions, provoquant un climat de psychose aggravé par les folles rumeurs qui circulent. Samedi, les forces de l’ordre ont ainsi trouvé à Qobbé (Tripoli), des obus et des munitions anciennes et rouillées placées dans une caisse en fer. Parmi ces armes inutilisables se trouvaient huit grenades et des munitions pour des armes individuelles. La caisse se trouvait devant une benne à ordures près du complexe. L’armée a aussitôt encerclé le secteur et déplacé les armes saisies, alors que les forces de l’ordre ouvraient une enquête.

À Tripoli également, des rumeurs sur la présence d’explosifs dans l’enceinte du port ont semé la panique parmi les ouvriers et les employés. Il s’est avéré qu’il s’agissait simplement du chargement d’un bateau transportant des munitions de fusils de chasse, parmi lesquelles se trouvait une ceinture d’explosifs non chargée. L’enquête se poursuit dans cette affaire également. À Ras Beyrouth, vingt paquets de TNT dont le poids a été estimé à quelque 25 kilogrammes ont été repérés dans un appartement vide d’un ancien bâtiment de la rue Makhoul.

Le Sud n’a pas été épargné non plus. Des fusées ont été découvertes sur l’autoroute de Saksakiyé dans la région du Zahrani vers 13h, samedi. Elles ont été examinées par des experts militaires. Par ailleurs, dans une canalisation d’eau sur la route allant de Baïssariyé à Sarafand, huit lance-grenades B7, et cinq grenades enveloppées de nylon et en bon état ont été trouvées par un homme qui récoltait des plantes en bordure de l’autoroute. Une équipe du département de génie de l’armée a entrepris de les déplacer vers un lieu plus sûr. Enfin, des rumeurs sur la présence d’un colis piégé à Antélias ont poussé l’armée à boucler cette région, mais les soupçons des habitants ayant donné l’alerte ne se sont pas confirmés.

Source : L'Orient Le Jour

mardi 20 février 2007

Arms smuggled to Hizbullah weekly

LEBANON BORDER : Weapons are reaching Hizbullah from Syria "on a weekly basis," usually at night, evading UNIFIL peacekeepers stationed in Lebanon, officers in the IDF's Northern Command told Vice Premier Shimon Peres on Tuesday. Peres, accompanied by OC Northern Command Maj.-Gen. Gadi Eizenkot, was visiting the Lebanese border to learn about preparations for a possible regional flare-up in the near future.

Ben-Eliezer: 'Don't turn a blind eye to Hizbullah'

Although there were problems, "there is no need for hysteria," Peres said. Hizbullah had not regained its strength, he said. "They have not restored their weapons stockpiles to the level they were before the war," he said, adding that strength was "not only measured by arms, but also by deployment, freedom of movement and other variables." The vice premier contradicted the assessment of Brig.-Gen. Yossi Baidatz, head of Military Intelligence's Research Division, who told the Knesset Foreign Affairs and Defense Committee on Monday that Hizbullah had "returned to its pre-war capabilities and has even become stronger." Instead, Peres agreed with Defense Minister Amir Peretz, who told the same panel that "Hizbullah has not increased its strength, but merely its potential." "We know Hizbullah is reequipping itself with arms, and this is a catastrophe, first and foremost for Lebanon itself," said Peres. "Lebanon is about to get $7.5 billion in aid, and if Hizbullah attempts to misbehave, it will destroy the country," he said.

Peres said the enlarged UN force deployed in Lebanon was far more effective than previous versions. Nevertheless, he said UNIFIL must take increased measures to stop the smuggling of arms to Hizbullah. "I don't think Hizbullah has managed to rearm to its pre-war level. It sustained a serious blow during the summer and is still trying to recuperate," he said. Peres travelled west to east along the border, finishing his tour at the IDF's Tulip outpost near Ghajar, where he answered questions from Golani Brigade soldiers. Peres said the army was investing a great deal of effort to fix the flaws that became evident during last summer's war in Lebanon, emphasizing training - which, he said, had now reached a much higher level.

"Mistakes have been made. Whereas totalitarian regimes just sweep all their problems under the carpet, as Hizbullah has done, we [admit] them publicly and out in the open," he said. "The real test is whether we are fixing our mistakes, and I can tell you that we are... The situation on the northern border is far better than before the war." "Israel's position is that there cannot be a Hizbullah presence on the other side of the border... From what we are witnessing, [Hizbullah head Hassan] Nasrallah is ridiculing the UN, admitting that the group has been engaging in arms smuggling," said Peres, adding there was "no such thing in the world as a nation that has two armies." He downplayed forecasts that another conflict with Hizbullah was imminent. "We need to be on a high state of alert, but under no circumstances do we need to be on edge," he said.

Concerning Syria, Peres said it was not an "independent agent" in the region. "It, too, is taking a very close look at the map and is definitely not satisfied," he said, noting that Syria shares borders with Iraq, Israel, Turkey and a "mixed-up Lebanon." According to Eizenkot, the reality Israel faces is "not a simple one," but it has changed for the better. "Hizbullah outposts along the border have been destroyed, the multinational force and the Lebanese army have deployed tens of thousands of troops in southern Lebanon, and I can assure you we have the IDF's finest units in this sector," he said.

"We need to remember that the force that held de facto sovereignty over southern Lebanon just seven months ago is no longer one that can operate freely in the region," continued the OC northern command, adding that Hizbullah was no longer conducting paramilitary activity in the region.

Source : The Jerusalem Post